Les comportements illégaux dans les transports en commun

Peut-on conduire avec n’importe quelles chaussures, voire pieds nus ?

Chaque période estivale s’accompagne de son lot de verbalisations insolites. De retour des plages, il est fréquent que
des automobilistes conduisent
 en tongs, voire pieds nus. Si aucun texte ne l’interdit formellement, l’article R412-6 du code de
la route autorise néanmoins les agents de la force publique
 à verbaliser les comportements qu’ils estiment dangereux.
 Ainsi, des automobilistes ont été sanctionnés parce qu’ils fumaient, se maquillaient, manipulaient leur GPS ou portaient des chaussures non lacées en conduisant. La Cour de cassation a même récemment considéré qu’une automobiliste conduisant avec des talons hauts qui s’étaient coincés sous les pédales de
 sa voiture avait commis une faute justifiant l’exclusion de son
droit à indemnisation à la suite d’un accident de la circulation.

Les questions

Dans les transports
en commun,
 certains passagers adoptent parfois des comportements qui dérangent leurs voisins. Attention aux sanctions!

Si chacun sait que circuler sans titre de transport est interdit, manquer de respect aux autres passagers ou les mettre en danger l’est également. Pour lutter contre le nombre croissant d’incivilités, la RATP a même créé une nouvelle série de contraventions « de 4e classe », assorties d’une amende.

Faire trop de bruit

Écouter de la musique en mode haut-parleur est une infraction. Il est interdit de faire usage, sans autorisation, d’appareils ou instruments sonores, ou de troubler la tranquillité d’autrui par du tapage.

On risque quoi ? Une amende de 60 €.

Mettre les pieds
 sur la banquette

Les banquettes ne sont pas des paillassons. Si vous avez les jambes lourdes, gardez les pieds au sol!

On risque quoi ? Une amende de 60 €.

Circuler avec un engin
à roulettes

Pour la sécurité des usagers, circuler sur un engin, motorisé ou non (patins, planches à roulettes, trottinettes et vélos…), est interdit. Seuls les moyens de déplacement utilisés par les personnes à mobilité réduite (fauteuils roulants) sont autorisés.

On risque quoi ? Une amende de 60 €.

Rester dans le métro
 après le terminus

Pas question de s’endormir dans le dernier métro ! Demeurer dans un véhicule de transport de voyageurs au-delà du terminus est interdit.

On risque quoi ? Une amende de 60 €.

Laisser traîner son sac

Avec le renforcement du plan Vigipirate, un sac oublié est considéré comme colis suspect. Cela engendre une procédure qui ralentit considérablement le tram, le temps que la brigade antidéminage intervienne.

On risque quoi ? Non seulement le sac risque d’être détruit mais en plus il faudra débourser 60 €.

Transporter un objet gênant

On ne trimbale pas tout et n’importe quoi dans les transports en commun. Ainsi, les objets dangereux ou volumineux sont interdits (bouteille de gaz, produit inflammable, vélo…) ainsi que bagages et paquets s’ils gênent les autres voyageurs et entravent la circulation dans la rame. Cette interdiction a été étendue au réseau bus.

On risque quoi ? Une amende de60€.

Si vous trouvez ça barbant de prendre les transports en commun, alors prenez un taxi à nice, taxi à monaco ou un taxi à cannes pour vous déplacer rapidement.

Cracher ou uriner

Même en cas d’envie pressante, pas question de se soulager dans les transports en commun, ni de cracher.

On risque quoi? Une amende de 60 €.

Mendier

C’est interdit, alors qu’auparavant mendier n’était sanctionné que dans les gares et les stations.

On risque quoi? Une amende de 60 €.

Titre de transport validé OBLIGATOIRE!

Voyager sans billet est sanctionné d’une amende de 50 €. Si vous utilisez le titre d’une autre personne, l’amende monte à 70 €. En outre, même si vous avez une carte d’abonnement (forfait Navigo) le fait de ne pas le valider est sanctionné.

L’amende est de 5€ dans le bus ou le tramway et de 35 € dans le RER et le métro. Enfin, utiliser un titre à tarif réduit alors que vous n’y avez pas droit est passible de 35 € d’amende.